Peintures "modernes" à Angkor Vat (1)

 

http://www.larecherche.fr/actualite/archeologie/angkor-wat-decouverte-nouvelles-peintures-dont-origine-reste-18-07-2014-178487

 

ANGKOR WAT : Découverte de nouvelles peintures dont l’origine reste inconnue

archéologie - 18/07/2014 par Jeanne Barreyre (378 mots)

Plus de 200 peintures ont récemment été découvertes dans le grand temple religieux d’Angkor Wat, monument emblématique du Cambodge. Imperceptibles à l’œil nu, ce sont des photographies retouchées qui ont permis de les rendre visibles.

 

En 2010, alors que Noel Hidalgo Tan, de l’Université nationale australienne à Canberra, réalisait des fouilles archéologiques dans le temple d’Angkor Wat, au Cambodge, des traces de pigment rouge à peine visibles ont attiré son attention. Après les avoir photographiées puis retouchées numériquement, il a découvert des peintures totalement inconnues d’animaux, de bateaux, de bâtiments et de divinités [1].

Leur analyse révèle qu’elles auraient été réalisées à deux périodes de l’histoire du temple : après son abandon au XVe siècle, et lors d’une restauration au XVIème siècle.

Le temple d’Angkor, construit au début du XIIe siècle, sous le règne de Suryavarman II, a été dédié au dieu hindou Vishnou. Après une période d’abandon, il a été transformé en monastère bouddhiste pendant le règne du roi Ang Chan au milieu du XVIe siècle.On y connaissait déjà des peintures datant de la construction du temple qui représentaient des bateaux et des bandes de motifs floraux et géométriques. 

Cependant, Noel Hidalgo Tan et ses collègues ont distingué deux nouveaux groupes de peintures. Les premières sont situées dans le sanctuaire le plus haut du temple et ont été peintes soigneusement et de manière organisée. Elles comportent en effet beaucoup de détails, différentes couleurs (rouge et noir) ainsi qu’une variété de styles artistiques. D’après l’archéologue, ces œuvres sont liées aux travaux de restauration du roi Ang Chan qui les aurait commandées pour accomplir un acte de piété.

Un second groupe de peintures est présent dans les deuxième et troisième enceinte du temple. La plupart sont des images isolées de bâtiments et de bateaux. Parmi elles, les archéologues ont identifié un bateau avec un mât, qui selon eux, ferait référence à un bateau à voile de style européen. Or, certaines sources historiques disent que les premiers européens, en particulier les portugais auraient eu contact avec l’Empire Khmer à la fin du XVIe siècle.

Le fait qu’elles soient disposées sans ordre apparent laisse penser qu’il s’agit de graffitis laissés par des pèlerins et visiteurs pendant la période d’abandon au XVe siècle ou juste après la restauration du XVIe siècle.

Par Jeanne Barreyre

Écrire un commentaire

Quelle est la première lettre du mot lhcae ? :